Humour zénital au PS

Catégorie : Parti Socialiste
Publication : mercredi 25 mars 2009 00:00
Écrit par Bernard
Affichages : 24

Trop facile!

Comparer le Zénith de Ségolène en septembre 2008 et celui de Aubry en mars 2009

Je me souviens des débats de congrès, le PS ne doit pas être un Parti de masse, on ne baissera pas la cotisation. Je me souviens, il fallait, disait le camp Aubry, sélectionner les candidats à l'adhésion, et j'étais intervenu en tribune contre cette démarche au congrès fédéral. Le résultat du Zénith d'Aubry montre tout le succès de la démarche.

Le Parti est rassemblé maintenant! Voilà ce qui est claironné partout par nos "responsables nationaux"! Pas de problèmes, les listes des européennes ont été approuvées par 28% des inscrits au niveau national, certaines fédérations ont rejeté les listes et que dire de la circonscription Centre. Les résultats complets ne sont même pas diffusés, ils dont si bons.

On n'oublie pas le Zénith de mars et les moins de 1000 participants selon les présents.

A partir de quand ces responsables comprendront qu'un parti c'est d'abord des militants, pas des responsables! Ces derniers temps les militants s'expriment ... Par leur silence

Pour rire un peu les extraits dans la presse, des phrases qui malheureusement pour beaucoup parlent juste.

"Cambadélis argumente sans rire : "On aurait été ailleurs avec le même nombre de personnes, la salle aurait été comble." C'est si vrai que si le PS avait loué une cabine téléphonique, il aurait même dû refuser du monde"
"Faut-il que la frustration, le désir de revanche, le besoin d'en découdre soient irrésistibles, pour que la première secrétaire cherche ainsi Royal; faut-il qu'elle reste obnubilée par son éternelle concurrente pour prendre tous les risques d'une comparaison qui tourne à sa confusion ?" (Le Point)

"Visiblement, écrit Besnehard, il est plus facile de remplir les urnes que de remplir le Zénith - 500 à 1000 personnes, malgré les cars du Nord et les moyens des fédés 75 et 93 !!!"  Il donne aussi rendez-vous pour une prochaine fête de la Fraternité, en septembre 2009. Autour de Ségolène Royal..." (L'Express)

"Eh bien, parce qu’aujourd’hui, l’heure est venue de faire les comptes. Rien que pour la location de la salle, le prix était de 40 000 euros. Mais ça ne s’arrête pas là. Il a fallu également payer l’éclairagiste, le preneur de son…. Au final, le PS aura déboursé, pour nous montrer son échec, la somme de 100 000 euros !" (street reporter)

  "Au plus fort de son combat contre Ségolène Royal, Martine Aubry mettait en garde contre un PS qui deviendrait «un parti de supporteurs». Visiblement, ce danger, si c'en était un, est écarté pour un bon moment. Qu'un petit millier de personnes seulement aient jugé utile d'aller écouter la première secrétaire, dimanche au Zénith,laisse rêveur"
"Mais lorsque Royal réunit 4 000 personnes au Zénith, Aubry n'en rassemble que 1 000. Si elle n'y prend garde, le danger qui guette la première secrétaire, c'est que le PS reste un parti de militants, certes, mais un parti condamné à vivoter très longtemps dans l'opposition" (Le Figaro)

"Ceux qui critiquent "devraient être fiers de retrouver un Parti socialiste qui s’occupe du projet", le député socialiste de Seine-Saint-Denis. "Nous ne sommes pas des organisateurs de spectacles, nous sommes des organisateurs de projet alternatif", a encore rétorqué Claude Bartolone"(Europe1)